Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog Les dits du théâtre

Le blog Les dits du théâtre

Les dits du théâtre, le blog de l'actualité théâtrale d’aujourd'hui


Un sentiment de vie de Claudine Galea

Publié par Dashiell Donello sur 22 Octobre 2021, 16:41pm

Un sentiment de vie de Claudine Galea

Un sentiment de vie de Claudine Galea s’est écrit à partir d’une commande de la revue Parages numéro 5, du Théâtre National de Strasbourg, pour le numéro spécial consacré à Falk Richter.

Mon jardin secret, cest mon père

 

Le mal, de la Phèdre de Racine, vient de plus loin. Celui de Claudine Galea, est une : « histoire de père depuis longtemps derrière père depuis longtemps derrière plus fille fille de personne sera celle qui n’a plus de lignée ».

Son jardin secret se cultive sur un sentiment de vie affective, qui lui vient des lignes d’écriture qui hantent et frappent à la verrière du souvenir, père fille, dans un non-dit. Son intuition est dans la phrase qui se dit sentence en anglais, et qui sonne comme danse en français.

 

My Secret Garden est le premier texte de Falk Richter que Claudine Galea a lu. Elle l’a aimé. Ce n’est pas son histoire, mais cette écriture lui parle : « j’aime quand ça se mélange quand c’est impur c’est comme ça qu’une nouvelle histoire commence ».

Mon jardin secret, c’est mon père, dit-elle. Elle ne pourra pas reprendre le titre. Il est déjà pris par Richter.

 

Pour écrire, Claudine Galea emprunte le corps de son père : « qui est soi-même seulement soi-même Personne Quand on écrit on le dit on est soi-même-une-autre-un-autre on passe outre ».

Elle est tendre avec ce père militaire, pied-noir, colonialiste, réactionnaire ; qui a quitté l’armée, pour ne pas avoir à tirer sur ses amis en Algérie. Mais la narratrice ne l’est pas du tout avec sa mère communiste, anticolonialiste, pacifiste. Falk Richter, lui c’est le contraire, il n’est pas tendre avec son père qui, pendant la guerre en Allemagne, n’était pas du bon côté.

 

L’écriture rime avec impure

 

L’intertextualité met Falk Richter en relation avec un jeune allemand Lenz, dont un grand dramaturge allemand Georg Büchner, socialiste révolutionnaire, raconte sa traversée des Vosges en 1777.

Ingeborg Bachmann, Robert Musil, Rainer Maria Rilke, Paul Celan, Marina Tsvetaeva, Virginia Woolf, des êtres passionnés, impulsent une histoire française dans le jardin secret de l’autriceCar l’écriture rime avec impur.

Tous ces textes, qui passent entre les phrases de la camusienne Claudine Galea, nous parlent aussi de son écriture, et de ses interrogations qui touchent notre esprit, au détour d’une phrase, d’un mot, d’un verbe, sans ponctuation. Même si c’est difficile pour l’autrice d’écrire l’histoire de son père, et des souvenirs qui vont avec.

Un sentiment de vie, c’est la fin, et ce n’est pas la fin, de l’amour d’une fille pour son père, puisqu’elle le prolonge dans son secret garden.

 

Un sentiment de vie de Claudine Galea

 

Editions espaces 34

Hors Cadre

https://www.editions-espaces34.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents