Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog Les dits du théâtre

Le blog Les dits du théâtre

Les dits du théâtre, le blog de l'actualité théâtrale d’aujourd'hui


Condor de Frédéric Vossier

Publié par Dashiell Donello sur 15 Octobre 2021, 13:16pm

Condor de Frédéric Vossier

Frédéric Vossier, avec la mise en scène lumineuse d’Anne Théron, donne à sa pièce Condor la plus audacieuse écriture du non-dit par une abstraction qui libère la parole, et pose la question : c’est quoi une vie humaine ?

«  Who now » beckettien ?

 

La rue. Au téléphone, Elle et Lui : « Elle : tu ne reconnais pas ma voix ? Lui : … Maintenant, oui… ». Est-ce le «  Who now » beckettien ?

La scénographie, de Barbara Kraft par la bunkérisation de la chambre de Paul, fait voyager le personnage dans le temps. Le dialogue de Vossier se situe entre le passé et le maintenant ; où se donnent rendez-vous une sœur et un frère qui ne se sont plus parler depuis 40 ans.

La rencontre est dans «  l’ici » l’appartement du frère. Un espace mental où Anna la sœur et Paul le frère vont se confronter. Face à face dans l’enfermement, mémoire contre mémoire : « l’écriture repose sur la dramaturgie qui fait entendre ce que le texte ne dit pas ; or, je pars du texte, le fondement du spectacle, afin qu’on l’entende pleinement.  Et ce qui me passionne dans ce travail de mise en scène, c’est de faire entendre cet intertexte secret entre l’écriture et la scène, en révéler le mystère, la fiction et l’imaginaire. Une façon encore de donner sa libre expression au silence du texte de Frédéric Vossier ». C’est avec la puissance de la pièce Condor, et son travail de mise en scène, qu’Anne Théron nous fait entendre l’intériorité d’Anna et Paul. Condor a la fougue beckettienne d’être, par sa quête de personnage, où tout est encore possible à l’humanité. Même dans le souvenir d’un monde sens dessus dessous ; Frédéric Vossier voit et décrit l’épure du formel par son récit.

La quatrième de couverture du livre se résume brièvement, ce qui est souvent le signe d’un grand texte : « ex-militante, arrêter et torturer par le régime militaire, Anna retrouve son frère, lui-même un ancien militaire, pour vérifier que l’impensable a bien eu lieu. Souvenirs atroces de leur jeunesse, quand la dictature torturait et tuait ».

 

Le cri de Munch ?

 

Le temps, Anna le compte grain par grain, comme le sable des plages brésiliennes : ici ou là-bas, quartiers pauvres. Partout. Pauvreté. On déplaçait les populations pendant les émeutes. Émeutes de 1975. Aller nous chercher dans les vagues. À la crête des vagues. Parce que vous alliez partout…(…) ».

Paul aussi est partout. Il est le cauchemar post-traumatique d’Anna qui « dans le trou à rat », c’est le nom qu’elle donne à la chambre de Paul, entend les ricanements d’une voix. Elle voit un fusil, un homme, mais quand elle veut les toucher ils disparaissent par les effets spéciaux de Marion Koechlin et la lumière de Benoît Théron. Il y a les cris de souffrance dans la voix de la femme. Le jeu intense, de Mireille Herbstmeyer et de Frédéric Leidgens, est à son acmé. Nous sommes dans l’action du passé et nous la vivons au présent. L’art du théâtre nous montre l’épiphanie de l’horrible secret d’une sœur et d’un frère. Un choc ! Nous voyons sur l’expression d'effroi de Mireille Herbstmeyer Le cri d’Edvard Munch, face à la nudité prédatrice du corps de Frédéric Leidgens. Le cauchemar est, ici et maintenant, en nous. Les hallucinations disparaissent dans le flux des vagues ; où des condors viennent planer au-dessus de l’océan. La parole maintenant est dans la simplicité d’un oubli : « je ne sais plus où sont enterrés nos parents ».

Pouvons-nous dire que c’est la plus grande pièce que nous eûmes vue, depuis Oh les beaux jours de Samuel Beckett* ? Oui ! même si la peau du visage de Frédéric Vossier devient rouge de modestie.

 

* Samuel Beckett (1906-1989)

Avec Madeleine Renaud (1900-1994) et Jean-Louis Barrault (1910-1994) au Rond-Point, en 1980.

 

Condor de Frédéric Vossier

mise en scène Anne Théron

avec : Mireille Herbstmeyer et Frédéric Leidgens

Jusqu’au 23 octobre 2021

Tournée 21-22

Bobigny MC 93 du 18 au 28 novembre 2021

CDN de Tours  du 26 au 29 avril 2022

Photo ©Jean-Louis Fernandez

 

Théâtre National de Strasbourg

1, avenue de la Marseillaise

67000 Strasbourg

https://www.tns.fr

 

Texte Condor chez Les Solitaires Intempestifs

https://www.solitairesintempestifs.com

 

 

Lire aussi : https://blogs.mediapart.fr/dashiell-donello/blog/061020/condor-de-frederic-vossier-un-cauchemar-psychique-et-politique

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents