Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog Les dits du théâtre

Le blog Les dits du théâtre

Les dits du théâtre, le blog de l'actualité théâtrale d’aujourd'hui


Traverser la cendre de Michel Simonot

Publié par Dashiell Donello sur 2 Septembre 2021, 12:08pm

Traverser la cendre de Michel Simonot

La rentrée littéraire 2021 va déposer un grand nombre de livres sur les têtes de gondole, mais combien seront dignes d’être lu ?

La littérature, quand elle cherche l’humanité humaine, imprègne le lecteur et se prolonge en lui ; si l’auteur a pour objectif de parler à son prochain, en accordant avec lui sa pensée philosophique.

Ces quelques lignes pour dire que vous ne devez pas passer à côté du livre « Traverser la cendre » de Michel Simonot aux Éditions Espace 34, dans la collection Hors cadre.

Nous avons tous des livres de chevet que nous relisons à l’envi. Traverser la cendre sera à coup sûr, pour tous les lecteurs concernés par la Shoah, un livre bien écorné par les relectures, tant les mots de Michel Simonot, exhumés de l’effroyable cendre, viennent puissamment signifier ce qui ne doit pas s’oublier : le génocide du peuple juif par l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Quand nous entamons Traverser la cendre, avec les mots de l’écrivain, nous voyons une terrible image qui se dessine peu à peu. Nous voyons une terre fait de la cendre charnelle : « (…) voir tu essaies par-dessous toi te voir tu essaies poitrine ventre cuisses par-dessous tu te regardes tu essaies des pieds là-bas les tiens peut-être ».

De l’effroi surgit les mots d’après. Le devoir est de réapparaitre, de témoigner, d’écrire après Auschwitz. Celan l’affirmait en 1955 en contredisant la formule antinomique d’Adorno.

 

Dans les décombres, y-a-il un poème ?

 

Dans les décombres, y-a-il un poème : du chaos de la cendre de la terre l’herbe aujourd’hui repousse (…) la pierre redevient chair ». Le glébeux voit ramper le resouvenir de soi,   malgré l’odieuse liste et la destruction de preuve. Eichmann, le criminel nazi, prépare la solution finale : « en évitant cependant de provoquer l’inquiétude de la population ». Le glébeux, messager d’espérance, cache des livres qui racontent la résistance face à la déshumanisation. Ceux qui sont morts vivront par, et haut-delà des mots. Les témoins seront les diseurs de ces mots brulés. Ils affirmeront leurs existences face à l’Histoire.

 

La terre chez Simonot est l’autrice qui écrit après avoir ouvert une bouteille bien cachetée : « je suis arrivé à Auschwitz le 4 mars 1943 par un convoi en provenance du camp de Drancy ».

La terre raconte le génocide. Eichmann est chargé de nettoyer le compte rendu des considérations sensibles : « les Juifs évacués passeront d’abord. Convoi par convoi, par des ghettos de transit, et de là seront transportés plus loin à l’Est ».

 

Michel Simonot traverse, creuse, fouille avec une patience archéologique, l’indicible cendre de l'innommable histoire des camps d’extermination ; où des écraseurs d’os pilonnaient les squelettes humains pour les confondre à la terre. L’auteur, à l’encre de la cendre, à trouver et écrit la langue d’après, qui est ici et maintenant, pour que l’humanité l’apprenne et la parle à son tour : « nous connaissions notre propre mort nous vivions pour la mort nous devions être des archivistes pour les vivants après les morts nous devions être des faiseurs de traces ».

 

Je ne me souviens pas d’un choc littéraire depuis « Si c’est un homme de Primo Levi ».

« Traverser la cendre » est un livre que les lecteurs doivent planter dans les mémoires d’autres lecteurs pour qu’éclosent des lettres fleurs sur la terre des ghettos : « entre les dalles fragments fêlés de ta silhouette tu crois voir

il y a des fleurs

des coquelicots à l’odeur de sang

je veux les cueillir les offrir aux silhouettes qui me croisent ».

 

Traverser la cendre de Michel Simonot

 

Éditions Espaces 34

5, place du Château

34270 Les Matelles

France

editions.espaces34@free.fr

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents